Découvrez la nouvelle Mercedes Classe S 2013 : pilote automatique

À chaque nouvelle génération, c’est la même chose : la Mercedes Classe S est la voiture la plus innovante.

Le « pilote automatique », la suspension « magique », la technologie embarquée, le luxe ou le niveau de sécurité inégalé ? C’est le problème de cette nouvelle Classe S, elle innove tellement qu’on ne sait par où commencer…

Dernière-née de la marque à l’étoile, l’imposante S 500, ici dans sa version longue baptisée Limousine (5,25 mètres de long), arrive avec un bagage technologique à peine croyable. Tant et si bien qu’elle ouvre une nouvelle ère : celle de la voiture qui conduit toute seule ! Bardée de capteurs en tous genres et de caméras qui servent au régulateur de vitesse adaptatif, à l’avertisseur de franchissement de ligne ou encore au système de stationnement automatique, elle dispose de « l’Intelligent Drive », livré en série sur la S 500 Executive. Il permet à la Classe S, en se basant sur le marquage au sol et/ou sur le véhicule qui précède, d’évoluer toute seule jusqu’à 60 km/h, en gérant l’accélération, le freinage et… les virages.

Et si par hasard un véhicule ou un piéton débarque soudainement dans le champ de vision de la S, elle alerte le conducteur par des signaux sonores et visuels pour l’inviter à freiner. S’il ne réagit pas, elle peut même procéder à un freinage d’urgence et éviter l’impact si sa vitesse de croisière est inférieure à 50 km/h. D’ici à rouler les yeux fermés, il n’y a qu’un pas… que la S ne franchit pas. Ce système, remarquable dans les embouteillages, ne connaît pas les priorités à droite ni les feux de signalisation. Il n’est donc pas aussi efficace en ville puisque, en l’absence de voiture devant et de marquage au sol, il se perd.

Autre innovation de la Classe S, le « Magic Body Control ». En combinant l’amortissement pneumatique et une caméra stéréo placée derrière le pare-brise et destinée à « lire » la route, Mercedes a mis au point une suspension incroyable. Selon les bosses qu’elle détecte sur la chaussée, la S ajuste la pression de ses amortisseurs, indépendamment les uns des autres, pour lester ou délester une roue afin de gommer les imperfections. Le Magic Body Control, facturé 5 100 € en option sur les Classe S V8, ne peut en revanche fonctionner que de jour, sous 130 km/h. Sur route, le résultat est remarquable et, en ville, c’est encore mieux : l’amortissement absorbe complètement les ralentisseurs en gardant une assiette constante. A bord, les passagers ressentent à peine les dos d’âne et autres gendarmes couchés.

Mais le confort ne se résume pas à cela et, chez Mercedes, on sait recevoir. Par le biais des options, aussi nombreuses que coûteuses, il est possible de transformer les places arrière en véritable salon roulant. Les écrans (2 900 €) dans les appuie-tête, la sono 1 540 Watts Burmester à 24 haut-parleurs (6 250 €), le siège arrière droit Executive (1 150 €) qui s’incline jusqu’à 43,5°, le minibar caché dans l’accoudoir central (1 350 €) ou les tablettes rabattables (2 200 €) sont autant d’attentions qui pourront satisfaire les plus exigeants.

 

Le niveau de sécurité n’est pas en reste, avec des airbags partout où il en faut, y compris dans les ceintures arrière (en option, 1 450 €). Il y a aussi les systèmes Pre-Safe et Post-Safe, qui agissent respectivement avant et après l’accident. Le premier est capable de fermer les vitres et le toit ouvrant et de tendre les ceintures de sécurité pour préparer les occupants à un choc lorsque les capteurs détectent un risque venant de devant, des côtés ou de derrière. Le second ouvre les vitres pour permettre l’évacuation des fumées dues au déclenchement des airbags puis déverrouille les portes et relève le volant pour faciliter le travail des secours. Mais, par chance, nous n’avons pas testé ces systèmes !

Pourtant, avec 455 ch issus de son V8 biturbo de 4 663 cm3, la S 500 est du genre rapide. Bridée à 250 km/h, elle atteint 100 km/h en 4,8 secondes. Sa transmission automatique à 7 rapports, parfaitement gérée et douce, est un régal : les changements de vitesses sont imperceptibles. Cela prouve bien que la plus prestigieuse des Mercedes est davantage pensée pour offrir du confort que du sport extrême. Mais, même brusquée, l’allemande demeure stable. Elle prend du roulis, fait crisser ses pneus de 19 pouces mais n’élargit que très légèrement sa trajectoire. Et même si la S 500 ne se destine pas nécessairement à ceux qui cherchent à économiser du carburant, il convient de saluer la performance : sur le cycle d’homologation, sa consommation mixte s’établit à 9,1 l/100 km. Pas mal pour un engin de 2 tonnes !

Reste la question qui fâche… En version « de base » avec le 6-cylindres diesel de 258 ch, la S 350 BlueTEC débute à 87 600 €. Et dans cette version longue, la S 500 s’affiche à 121 400 €. La comparaison ne sert à rien mais… c’est le tarif d’une quinzaine de Dacia Logan !

Bilan

C’est une vitrine technologique, un monument du monde automobile. Luxueuse à souhait, bardée d’une technologie de pointe, incroyablement confortable et très performante, la S 500 frise la perfection. C’est en tout cas la sensation que l’on a lorsque l’on voyage à l’arrière !

LES PLUS
– Luxe, luxe, luxe…
– Suspension merveilleuse
– Technologie embarquée

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
Découvrez la nouvelle Mercedes Classe S 2013 : pilote automatique, 5.0 out of 5 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *